You are here:Actualités

Le métier de galeriste m’offre la chance de rencontrer des gens qui aiment réellement et sincèrement une œuvre. Car le vrai plaisir de l’art se trouve dans les sentiments beaux et bons que génère une peinture ou une sculpture. L’érudition a peut-être sa place dans l’appréciation de l’art. Mais elle est secondaire. Lorsque la rencontre se fait, entre l’œuvre et le spectateur, alors l’artiste a réussi son œuvre. Il a su toucher à l’intimité du spectateur, au-delà des barrières et des conventions.

Voici une lettre reçue ce matin qui me touche particulièrement :

17 Juil

La lame damassée

Écrit par
Publié dans Actualité

Il n’y a pas d’artiste qui soit une tautologie. Hermétique au monde, produisant sans connaissances ni influences… Tout vient de quelque part. La génération spontanée n’existe pas. Pas plus en biologie qu’en art ou pour n’importe quoi d’autre. Rien ne nait par hasard.

Madeleine Van der Knoop, hyper-naturaliste

Cette artiste Belge spécialisée dans la sculpture réaliste à taille réelle de volatiles, surprend par la justesse et la beauté de ses pièces. Fruit d'un long travail et d'une exigence envers elle-même comme à chacune des étapes de l'élaboration de ses oeuvres (fonderie Chapon, Daum). Madeleine Van der Knoop nous offre des pièces littéralement extraordinaires.
Les patines exceptionnelles, la richesse des détails dans le modelage et la ciselure mais aussi la personnalité de cette artiste font que ses oeuvres sont acquises par les grands collectionneurs comme par les Etats.
Les pièces réalisées par la maison Daum ont nécessité plusieurs années de mise au point technique. Quant au travail d'orfèvrerie celui-ci a été réalisé par une célèbre maison de la Place Vendôme. Le résultat fait que ses oeuvres sont exceptionnelles.
En plus du Paôn en pâte de verre et de l'Envol du Faucon, le Pygargue (entier) aujourd'hui en fonderie, sera édité et commercialisé par Daum.

Les pièces en bronze originales numérotées (en 8+IV EA) exemplaires sont commercialisées à la galerie Harmattan et Megève Fine art.

Après de longues semaines sans mises à jour, j'ai le plaisir de vous annoncer l'existence d'un nouveau lieu d'exposition à Megève : Megève Fine Art. Cette nouvelle galerie succède à celle de Mme May rue Saint François de Sales.

Sculpteur en souplesse et en puissance!

Jean-François GAMBINO réussi le pari d'immortaliser le mouvement spontané de l'animal, tout en tension et en force. Son art consiste à jouer avec la matière et l'espace : le vide qui devient matière et la pâte épaisse et vigoureuse qui imprime le mouvement.

Les oeuvres de Jean-François Gambino sont montrées dans les plus belles expositions autour du monde.

View the embedded image gallery online at:
http://galerie-st-francois.com/#sigProGalleriac04c084d62

13 Déc

Marcel MILLE

Publié dans Peintres

Marcel Mille et ses muses des champs

Le "publicis-te" Marcel MILLE revient sur ses terres d'origine après une vie professionnelle entière passée à la bonne adresse du 133 de l'avenue des Champs-Elysées. Dans ses créations, l'artiste rend hommage à l'univers rural cher à son cœur et aux belles des champs qui peuplent sa contrée.

13 Déc

Anne ITZYKSON

Publié dans Sculpteurs

L’artiste n’a pas besoin de biographie !

L’artiste est elle-même biographe, en tant qu’elle écrit la vie.

Elle « empreinte » dans la matière ce qu’à la vie elle emprunte : dans la texture de son matériau, elle engramme, écrit, enregistre… le texte qu’elle lui prélève.

Elle grave des instants de vie pour les immortaliser : l’artiste jette des étincelles d’éternité dans la matière pour nous les rendre vivantes et actuelles.

L’artiste transmue la nature en culture.

Lise, par sa maîtrise de la couleur, sait rendre hommage au sujet. Les fauves, lions ou tigres, sont les animaux centraux du bestiaire de cette jeune peintre pontissalienne. Elle les représente souvent de manière frontale, profitant au mieux de leur fourrure pour jouer sur les couleurs. C'est d'ailleurs cet aspect qui attire le plus : des couleurs à la frontière de l'expressionisme contre balancées par des regards d'une étonnante construction et d'une parfaite limpidité. Mais loin de se cantonner aux fauves fauvistes, Lise explore ici la force brute d'autres animaux : les taureaux!

"Attendez de voir les femmes de Favre ! Imaginez des parois rocheuses.Voyez dans ces pics, de belles endormies. Mélangez ces lignes tendues à des masses rectangulaires qui seraient autant de genoux et de bras, de creux et de vides. Hanches, fesses, cous, épaules deviennent des repères où s'accrocher. Des zones critiques, des haltes, qu'il sculpte avec la maîtrise d'un grimpeur lancé dans une ascension sans cordée ... "
Texte tiré de "Pratique des Arts" écrit par : Arnaud Dimberton.

Page 1 sur 14